Rechercher

COURIR COMME DES FOUS

Courir, c’est avancer avec détermination vers quelque chose. On peut toujours choisir d’avancer plus lentement, mais il ne s’agit plus de course si l’on ne fournit pas un certain effort. Autrement dit, la course à pied est une forme de combat, de défi lancé à soi-même. Puisque la vie est parsemée de combats et de défis, la course est riche en métaphores qui nous permettent de réfléchir à propos de notre existence. Si nous sommes attentifs à ses enseignements, la pratique de la course peut nous offrir les outils qu’il faut pour surmonter la plupart des obstacles que la vie nous présente. Remarquez que cela tient aussi pour les autres sports d’endurance, et qu’il y a aussi plusieurs leçons à tirer d’autres sports et activités. Mais la particularité de la course qui en fait un excellent outil de développement personnel est son élégante simplicité.



Lorsque nous courrons, nos résultats ne dépendent essentiellement que de nous. Le chronomètre ne fait pas de favoritisme et il ne nous ment pas. De plus, contrairement aux sports plus complexes, la chance ou l’intervention des autres aura rarement une incidence sur notre progrès en course à pied. Le seul moyen de s’accomplir dans la course est d’y travailler assidûment et d’aiguiser constamment nos habiletés. Puisque les récompenses de la course sont le fruit direct de nos efforts, la satisfaction qu’on en tire agit fortement sur notre estime et nous donne le courage de s’attaquer aux autres défis qui nous appellent ou qui sont mis sur notre chemin.


Le type de course dont je vous parle est celle qui va au-delà du statu quo; c’est le type de course qui se pratique par des gens qui cherchent continuellement à se surpasser. Je vous parle de ceux qui ne se contentent pas de survivre et qui cherchent plutôt à vivre à fond, quitte à se casser la gueule à l’occasion. Être fou, c’est croire à une réalité qui est différente de celle de la majorité. Courir comme un fou, c’est courir sans relâche vers une vision que l’on est peut-être seul à voir, un appel du subconscient qu'on est seul à entendre. Si on est chanceux, on sait exactement pourquoi on court, et on peut possiblement arriver à partager notre vision avec les autres, mais bien souvent l’objet de notre chasse se laisse à peine entrevoir dans le voile de brouillard qui mène vers notre destinée.


Il n’y a pas que les coureurs qui courent comme des fous. La plupart des gens mettent beaucoup d’énergie à chasser des concepts subjectifs comme le succès, la richesse, la santé, le bonheur, l’estime de soi, l’estime des autres, etc. Pourtant, au fond de nous-mêmes nous savons que tous les fruits de notre travail ne nous seront d’aucune utilité lorsque nous serons confrontés à la mort. Alors pourquoi cette course folle? La seule explication qui tient la route pour moi, c’est que vivre, c’est agir. Qu’on le veuille ou non, nous sommes tous lancés dans un même jeu à notre naissance, et nous sommes essentiellement confrontés à choisir parmi trois options. Nous pouvons choisir de nous retirer du jeu (suicide ou apathie), nous pouvons choisir de regarder les autres jouer, ou nous pouvons choisir de participer au jeu. Pour ma part, j’ai fait le pari que la vie vaut la peine d’être vécue et qu’il est beaucoup plus agréable de participer activement à la vie que d’en être un spectateur. J’ai choisi de m’investir à fond dans ce grand jeu ; de courir comme un fou, sans trop savoir ou ça mène. Je sais que le temps effacera mes traces lorsque mon jeu sera terminé, mais aujourd’hui, j’ai la chance de courir, de vivre, et j’en profite au maximum!


13 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout